• SAM Instruments

D'où vient la sciatique ? Et comment l'éviter ?

Mis à jour : 9 sept. 2019

La saviez-vous ?

Le nom médical de la sciatique est la “lombosciatique” !



La sciatique est, en général, ressentie d’un seul côté du corps. Elle provoque une vive douleur qui débute en bas du dos et qui descend le long de la jambe, parfois même jusqu’aux orteils.


Cette douleur est provoquée par l’irritation du nerf sciatique. Celui-ci part de la hanche et descend jusqu’au pied. C’est le nerf le plus grand et le plus long de tout le corps humain; il rend vos membres inférieurs mobiles et sensibles.


La sciatique peut être le résultat de différentes choses :

- si vous êtes sujet aux lombalgies chroniques, il se peut que votre nerf sciatique soit plus abîmé que la moyenne, vous avez donc plus de chances de souffrir d’une sciatique

- la sciatique peut être le résultat d’un mouvement extrême et inhabituel

- vous êtes jeune maman ? Les modifications physiques et hormonales peuvent être la cause d’une sciatique


Comment diagnostiquer une sciatique ?

La sciatique peut parfois être semblable à un lumbago. Pour ne pas les confondre, il faut que vous délimitiez la zone de douleur. Un lumbago ne s’étend pas au delà de la fesse, tandis que la douleur de la sciatique descend jusque dans la jambe.


Les symptômes d’une sciatique sont presque toujours les mêmes : il est très facile de la diagnostiquer. Si votre médecin n’est pas sûr, il vous fera faire une radiographie ou un scanner.

Il existe des cas très rares de sciatique (moins de 5% des patients) qui nécessitent une prise en charge médicale.


Ces formes rares, et graves, de sciatiques peuvent être le résultat d’une infection, d’une inflammation (par exemple une spondylarthrite), d’une tumeur ou d’un traumatisme (par exemple une fracture du sternum).


Comment soigner une sciatique ?

La douleur de la sciatique est très vive les deux ou trois premiers jours, puis elle se calme par la suite. Votre médecin peut soulager vos douleurs en vous prescrivant des anti-inflammatoires ou des anti-douleurs.


Il est important, comme pour une lombalgie, de rester aussi actif que la douleur le permet. Ne restez surtout pas au lit pendant 24h pour vous reposer, le meilleur remède c’est l’activité !


Il n’existe pas de moyen de soigner une sciatique, cependant nous avons plusieurs astuces pour vous aider à la soulager.


Pour commencer, vous pouvez prendre un bain chaud pour détendre vos muscles et ainsi diminuer la douleur provenant du nerf sciatique. Pas de panique, si vous n’avez pas de baignoire, appliquez de la chaleur sur la zone qui vous fait souffrir.


Vous pouvez également vous faire masser. Des mouvements lents et réguliers permettent d’assouplir la zone douloureuse et ainsi de vous soulager.


** Astuce : pour rendre le massage encore plus efficace, pensez à faire votre propre huile de massage à base d’huiles essentielles. Pour cela, mélangez 15ml d’extrait d’arnica, 20 gouttes d’huiles essentielles d’eucalyptus, de romarin et de laurier noble.


Certains aliments ont le pouvoir de soulager les douleurs si vous ne souhaitez pas prendre de médicaments. Le saule et l’origan sont des plantes qui ont des vertues analgésiques, anti-inflammatoires et anti-infectieuses. Consommez-les en infusions !


Dernier conseil : pour dormir sans souffrir, placez vous sur le côté avec un oreiller entre les deux genoux.


Traitement post-sciatique

La sciatique ne dure, en général, jamais plus de trois ou quatre semaines. Pour ne plus souffrir, il est important de pratiquer une activité sportive régulière. En effet, les personnes qui sont en surpoids, qui ont peu d’abdos ou qui ont un métier les obligeant à rester assis toute la journée sont les plus sujets à souffrir d’une sciatique.


Pour remédier à cela, inutile de devenir un grand sportif, mais il faut pratiquer des étirements spécifiques ! (voir notre article 9 exercices pour s’étirer correctement).


Il existe aussi l'électrothérapie (le traitement par ultrasons) qui consiste à soulager la douleur en brouillant les messages nerveux.


Si vos douleurs persistent au delà de trois mois, la chirurgie peut être envisagée.