• SAM Instruments

Qu'est-ce que la lombalgie ?

Mis à jour : 9 sept. 2019

Le saviez-vous ?

Il existe deux types de lombalgie : le lumbago (lombalgie aiguë) et la lombalgie chronique.


La lombalgie est une douleur qui est ressentie en bas du dos, au niveau des vertèbres lombaires (et qui descend parfois dans une des deux jambes). Des études montrent que 80% des français en souffriront un jour.


La lombalgie peut être causée soit par l’usure des disques intervertébraux due à la vieillesse ou par un effort important inhabituel.







Les disques intervertébraux sont présents entre chaque vertèbre afin de les séparer. Ils ont un rôle d’amortisseurs qui protègent votre corps des mouvements du quotidien.


Il y a deux formes de lombalgie : aiguë (connue sous le nom de “lumbago”) et chronique.



Le lumbago :

Une lombalgie est considéré comme un lumbago quand la douleur est très vive. Contrairement à une lombalgie chronique, le lumbago se résorbe au bout de 3 à 4 semaines maximum. 90% des lumbago disparaissent aussi vite qu’ils sont arrivés.


Le lumbago nécessite souvent un arrêt de travail de plusieurs jours puisqu’il rend impossible tout mouvement de celui qui en souffre.


La lombalgie chronique :

Une lombalgie est considérée comme chronique quand vous souffrez constamment pendant plus de 3 mois. Il est très difficile de détecter sa provenance. Cependant, inutile de vous inquiéter, seulement 5% à 8% des lombalgies deviennent chroniques.


Dans 90% des cas, la lombalgie n’est qu’une douleur passagère. Il faut cependant trouver la cause de cette douleur de façon à la guérir pour que celle-ci ne devienne pas chronique. La lombalgie qui dure entre 4 semaines et 3 mois est appelée lombalgie subaiguë.


Les causes les plus communes des lombalgies :

La lésion d’un muscle, d’un tendon ou d’un ligament : ce sont les personnes qui ont un métier répétitif physiquement qui sont les plus touchées. Si vous avez fait un “faux mouvement”, vous pouvez aussi souffrir d’une lombalgie.


La hernie discale : elle est provoquée par une mauvaise posture, la grossesse, le surpoids ou encore la dégénérescence discale (quand vous vieillissez, vos disques intervertébraux sont de moins en moins élastiques, ce qui provoquent une douleur dans le bas du dos).


Une spondylolisthésis (ce n’est pas un gros mot) : c’est le terme médical pour dire qu’une de vos vertèbres s’est déplacée sur une autre. Cette situation est plutôt rare, elle survient si vous avez des faiblesses congénitales ou si vous avez subit un traumatisme.


L’arthrite, l’arthrose ou de l'ostéoporose : ces maladies touchent particulièrement les personnes âgées.


Pour remédier à ces différents problèmes, votre corps se protège automatiquement et les muscles du bas de votre dos se contractent. Cette contraction peut amplifier votre douleur, et entraîner un cercle vicieux qui provoque alors une lombalgie chronique.


Comment soigner une lombalgie aiguë ou subaiguë ?

Depuis 1990, les médecins savent que la lombalgie est très souvent due à la contraction automatique des muscles du bas du dos (voir ci-dessus).


Le traitement le plus adapté pour “soigner” la lombalgie est donc de décontracter les muscles du bas du dos.


Nos conseils pour décontracter vos muscles à la maison :

Oubliez l’idée reçue qu’il faut rester au lit : le meilleur moyen de guérir rapidement une lombalgie est de rester actif, dans la mesure du possible.

Le fait de marcher et de faire les activités du quotidien permettent aux muscles du dos de ne pas se contracter plus qu’ils ne le sont déjà.


N’oubliez pas de faire des étirements (cf notre article)


Si vous souffrez trop pour pratiquer une activité physique, pensez à changer de position régulièrement : toutes les heures, levez vous et marchez un peu.

Vous pouvez également mettre de la chaleur sur vos muscles, ce qui permet de les décontracter.


Attention : consultez un spécialiste si la douleur persiste !

Il est indispensable d’aller consulter un kinésithérapeute ou un ostéopathe. Ils soulageront vos douleurs à l’aide de massages et de rééducation.

Il existe aussi des médicaments pouvant soulager (et non pas guérir) vos douleurs. Ils sont composés d’anti-inflammatoires, d’antalgiques ou encore de myorelaxants.